Maisons à Dracogramme

Il y a douze dracogrammes, chacun étant associé à une Maison reconnue. Ces Maisons à dracogramme sont considérées un parti neutre en temps de guerre. Chaque dracogramme confère à ses porteurs des pouvoirs magiques spécifiques, et les Maisons contrôlent les Guildes qui en bénéficient le plus.

Les dracogrammes n’apparaissent pas sur tous les membres d’une famille, bien qu’il soit connu qu’ils se transmettent de façon héréditaire. Ils se manifestent généralement à l’adolescence, mais on a vu des exceptions. Entre un tiers et la moitié des membres d’une Maison manifesteront un dracogramme dans leur vie. Les membres non porteurs de dracogrammes s’occupent généralement des tâches subalternes tandis que ceux qui en possèdent pratiquent leur magie et se voient ouvrir les plus hauts échelons ; à condition d’avoir les compétences nécessaires, bien sûr. Plus un dracogramme est puissant, et plus son porteur se voit étroitement surveillé par sa maison.

Les Maisons à dracogramme constituent une aristocratie marchande et industrielle à travers tous le Khorvaire. Leurs membres bénéficient de biens et d’un statut social qui les place solidement dans la classe moyenne à supérieure de la société. Les dirigeants et leurs proches parents se partagent le statut le plus élevé, équivalent à celui des familles royales.

Si une Maison est en général composée de quelques familles, la plupart des membres se font connaître uniquement par la Maison à laquelle ils appartiennent lorsqu’ils fréquentent des gens extérieurs. A l’image des nobles, ils disposent d’une particule ; cependant il s’agit d’un d’ : on parlera ainsi d’Esravash d’Lyrandar, matriarche de la maison Lyrandar, là où les nobles apposent un ir’ à leur nom, que ce soit l’ancienne famille royale du Galifar, les Wynarn, ou d’autres nobles ; ainsi, le roi de Brélande est Boranel ir’Wynarn.

Il y a douze dracogrammes Véritables, chacun étant le ciment d’une maison. Ils présentent chacun un aspect spécifique, ainsi que des formes connues et prévisibles, toujours les mêmes, au cours d’un éventuel développement. Un dracogramme peut passer par trois état : Superficiel, Mineur et Majeur. Cependant, ils n’évoluent pas à la même vitesse selon ceux qui les portent, et n’évoluent même pas forcément. On parle d’un dernier type de dracogramme, qualifiés de Sibérys, dont la complexité et la puissance éclipsent même les formes majeures, mais les circonstances de leur apparition (toujours chez un membre de la famille précédemment non porteur d’un dracogramme) restent un mystère.

Les dracogrammes peuvent apparaître sur n’importe quelle partie du corps, et il n’est pas rare de voir ceux qui les possèdent porter des vêtements particuliers laissant un bras ou le dos nu pour afficher leur ascendance à la vue de tous.

Cannith Création – Humains
Dénéith Sentinelle – Humains
Ghallanda Hospitalité – Halfelins
Jorasco Guérison – Halfelins
Kundarak Garde – Nains
Lyrandar Tempête – Demi-elfes
Médani Détection – Demi-elfes
Orienne Passage – Humains
Phiarlan Ombre – Elfes
Sivis Ecriture – Gnomes
Tharashk Découverte – Demi-orques et Humains
Thuranni Ombre – Elfes
Vadalis Dressage – Humains

Les options pour disposer d’un dracogramme sont décrites au début de la page Dons de dracogrammes.

Excoriation
Dans les temps anciens, lorsqu’un membre d’une Maison se voyait bannir pour un crime grave (trahison envers la maison, meurtre … ), il se voyait écorché de son dracogramme, et parfois mis à mort. (Une telle pratique n’avait au final aucune incidence sur les pouvoirs de dracogramme de la victime, et celui-ci finissait par réapparaître). Si il arrive encore de nos jours que des renégats soient bannis et que l’on parle toujours d’excoriation, il n’est plus question de les mutiler ainsi.

Dracogrammes singuliers ou aberrants
Rarement, un membre d’une des races à dracogramme (Humains, demi-elfes, demi-orques, elfes, gnomes, halfelins ou nains) peut développer un dracogramme singulier. Ils ne sont pas héréditaires, mais peuvent être issus d’une union entre deux des lignées pures. La forme de leur marque, et les pouvoirs qu’elle confère, sont uniques et semble-t-il aléatoires. La superstition veut que ceux qui portent un tel dracogramme sont touchés par le Dragon-Au-Dessous, et destinés à la folie et à la mort. Ils sont en tout cas très mal vus par les lignées « pures ».

L’un des évènements majeurs dans l’histoire des Maisons à dracogramme fut la Guerre des Marques, lorsqu’elles s’unirent pour détruire la menace des dracogrammes aberrants, qui culmina avec la destruction de Sharn où s’étaient réfugiés les derniers Seigneurs Aberrants, le seigneur Halas Tarkanan et sa compagne, uniquement connue sous le nom de “la Dame de la Pestilence”, qui déclenchèrent la toute puissance de leurs marques lorsqu’il apparut clairement que malgré leurs efforts, leur résistance était vouée à l’échec.

Certaines mauvaises langues disent que l’histoire est écrite par les vainqueurs, et que les Maisons à dracogrammes désiraient surtout éliminer d’éventuels rivaux ; mais ceux qui connaissent la vérité sont morts depuis longtemps.

Index

Maisons à Dracogramme

Pathfinder / Eberron FR rhyn